• FrFR
Cross Docking

Cross Docking

Accélérateur des préparations de commandes

Le cross-docking existe depuis les années 1930, utilisé par l'industrie du transport aux États-Unis puis par l'armée américaine. C'est un anglicisme qui peut se traduire en français par "passage à quai". Le terme désigne des marchandises qui vont du quai de déchargement au quai d'expédition dans le même entrepôt, c'est à dire qu'elles se croisent (d'où leur nom) entre plateformes, sans passer par une étape de stockage. Les marchandises sont donc en transit, comme les passagers dans un aéroport entre deux vols en correspondance. Ce mode d'organisation a pour objectif d'optimiser les stocks de produits à forte rotation, et de rationaliser par là-même toutes les étapes de la Supply Chain : la réception, la dépose, la préparation de commande, le chargement des camions, etc.

Dans une gestion des approvisionnements standard, l'entrepôt fait office de trait d'union entre les fournisseurs (l'offre) et les consommateurs finaux (la demande). Dans cette situation, l'offre et la demande ne sont pas synchronisées dans le temps, et le lien qui les unit reste donc l'entrepôt logistique où les marchandises sont stockées dans l'attente de leur future destination.
Face à la mondialisation du marché et à la concurrence entre les entreprises de transport, des systèmes d'approvisionnement de plus en plus réactifs ont vu le jour ces dernières années. Les entreprises souhaitent répondre aux demandes de plus en plus précises des consommateurs. C'est donc pour un gain d'efficacité et pour respecter l'urgence des marchandises que des systèmes d'approvisionnement en flux tendus ont vu le jour.

De nos jours, il existe de nombreux outils modernes, de systèmes d'information et de logiciels logistiques pour améliorer la gestion des approvisionnements. Le cross-docking a ainsi vu le jour, pour gagner et en temps et en surface. Sa mise en place et sa réussite dépendent néanmoins de plusieurs facteurs, il exige avant tout une parfaite coordination de toutes les parties prenantes : fournisseurs, entrepositaires, transporteurs et clients finaux. Afin d'éviter toutes les sources possibles d'erreurs humaines, l'entrepôt doit obligatoirement être géré via un logiciel de gestion d'entrepôt, qui permettra de révéler les cross-dockings potentiels, et assurer leur mise en oeuvre et leur suivi.
Le cross-docking est la méthode principale pour la gestion des approvisionnements de produits périssables, comme par exemple les fruits et légumes pour les grandes surfaces commerciales. En effet, la courte durée de vie de certaines denrées alimentaires exige une stratégie logistique correspondante, avec un objectif de gain de temps en matière de transport. Le cross-docking est désormais très utilisé pour le e-commerce également, afin de réduire les délais de livraison pour la plus grande satisfaction des nouveaux consommateurs finaux très exigeants. Les quais conçus pour le cross-docking permettent de gérer l'urgence de la chaîne. En effet, les produits acheminés n'y transitent que quelques heures, et jamais au-delà de 24 heures.

Le cross-docking consiste à faire transiter le stock uniquement dans la zone de quais.
Le cross-docking consiste à faire transiter le stock uniquement dans la zone de quais.

Sa mise en place et sa réussite dépendent néanmoins de plusieurs facteurs

Le Cross-docking sous toutes ses facettes

Ce mode d'organisation des flux logistiques s'articule en plusieurs étapes parfaitement maîtrisées, et les divers cheminements des colis suivent un modèle standard où les colis sont rapidement divisés grâce à un encodage unique, ils sont ensuite reconditionnés puis redirigés vers le quai de sortie de la plateforme pour leur expédition.
Cependant, plusieurs modes opératoires peuvent se présenter : en premier lieu nous trouvons le cross-docking pré-distribué, qui est la version classique. Les unités de charge sont gérées en amont par le fournisseur, en fonction de la demande finale. Ici, il s'agit simplement d'assurer la réception et l'expédition des commandes. Puis vient le cross-docking consolidé, où les produits sont gérés pour les ajuster aux demandes du consommateur final. Ici, les unités de charge réceptionnées sont ensuite acheminées vers une zone de cross-docking ou de conditionnement, où elles sont contrôlées et adaptées selon la demande. L'entrepôt devra être équipé de palettes en unités de charge plus petites, ou destinées à diviser les marchandises en lots individuels ou en kits de marchandises. Enfin nous avons le cross-docking hybride : c'est un modèle plus complexe qui exige que les commandes soient préparées dans la zone de conditionnement, en tenant compte des produits livrés par les affréteurs et ceux déjà présents en zone de stockage. Les produits réceptionnés peuvent être acheminés vers une zone d'entreposage provisoire, au lieu de passer directement au cross-docking. Le cross-docking hybride est flexible et peut s'adapter à une multitude de situations, mais il requiert une gestion et une organisation très pointue de tous les flux logistiques.

Ainsi plusieurs outils sont nécessaires à la bonne gestion des opérations de cross-docking : avant tout, un système d'information capable de gérer toutes les fonctionnalités et d'assurer la traçabilité en direct des colis pendant toute la durée du process ; l'édition de plannings et de tâches de réception / expédition particulièrement précis ; et un référencement adapté à l'identification simple et rapide des colis. En outre, les fournisseurs doivent être aptes à prendre en charge tant les préparations que les conditionnements. De nombreuses entreprises ont fait le choix d'opter pour le cross-docking, l'objectif étant de répondre aux besoins d'une stratégie logistique omnicanale.

Un cross-docking performant permet d'améliorer la productivité de l'entrepôt.
Un cross-docking performant permet d'améliorer la productivité de l'entrepôt.

Quels sont les avantages du cross-docking ?

Le cross-docking permet de gagner en moyenne 20 % sur la durée de stockage d'un produit, il réduit les délais d'expédition et augmente ainsi la marge financière. En outre, le fait d'éviter le stockage des marchandises permet d'optimiser les surfaces exploitables dans les entrepôts. L'optimisation des opérations logistiques, en particulier dans la manutention, et l'augmentation de la productivité des équipes résultent en des gains de temps et donc d'argent. Toutefois, pour y parvenir, il est crucial de maîtriser les approvisionnements en amont, et de coordonner harmonieusement toutes les étapes, ce qui exige une organisation extrêmement rigoureuse, qui ne souffre pas l'approximation.
Auparavant, la logistique s'articulait autour du mode multicanal. Comme ce terme l'indique, divers canaux interviennent dans les processus commerciaux, mais ils demeurent côte à côte sans interaction entre eux. Les clients ne peuvent pas acheter en se servant de plusieurs canaux, comme par exemple commander en ligne et retirer en magasin. En d'autres termes, les canaux ne sont pas intégrés. Du point de vue des préférences d'achat des clients, ce modèle montre aujourd'hui ses limites. L'omnicanal est désormais le nouveau modèle de la relation client, c'est-à-dire que ces derniers se servent de tous les canaux disponibles, en ayant accès à toutes les informations portant sur le processus d'achat à tous les niveaux, et ce en général en temps réel. De nombreux opérateurs du marché ont d'ores et déjà adopté cette stratégie omnicanale. Ils intègrent leur canal en ligne et en magasin pour tirer parti tant de leur portée auprès des clients, que de l'avantage conféré par l'Internet afin d'augmenter leurs revenus. Le cross-docking est ainsi un impératif dans toute logistique omnicanale.

Nonobstant, les gestionnaires logistiques sont tenus de soigneusement planifier les livraisons en entrée et en sortie, sous peine d'encombrement des plate-formes et en faire un goulot d'étranglement qui pourra s'avérer coûteux en perte de productivité.
En outre, il s'agit de s'assurer en amont de la qualité des marchandises, car il n'y aura aucun contrôle-qualité possible lors du "crossing", c'est-à-dire du croisement quai à quai des produits.
Ainsi, il existe plusieurs formes de quais de cross-docking, ils sont souvent disposés en forme de L, mais il existe également des quais en forme de H ou de T pour organiser la gestion des transits. Les paramètres tels que le nombre de portes, les distances, les zones tampon et la rotation des produits sont déterminants pour garantir la performance des quais de cross-docking, tout comme les équipement spécifiques tels que les transpalettes électriques, les chariots élévateurs et les tapis roulants.

Le cross-docking offre en premier lieu une meilleure réactivité, qui est un enjeu majeur en termes de logistique. En effet, la plateforme ne constitue qu'un lieu de manutention sans stockage. Les colis sont déjà conditionnés et prêts à être livrés au client. Cette technique est donc particulièrement utilisée dès lors qu'il s'agit de marchandises à caractère urgent comme les produits frais ou les quotidiens ; mais aussi pour réduire les délais de livraison du e-commerce.
Ce procédé présente un deuxième avantage non négligeable : son coût. En accélérant la procédure et en s'exonérant de l'étape du stockage, utilisée pour le transport classique, les frais d'entreposage et d'opération de manutention intermédiaires sont éliminés. Les coûts de livraison répercutés sont donc réduits tout en bénéficiant d'une plus grande disponibilité sur le produit.
Enfin, un autre avantage est celui d'un meilleur aperçu pour les logisticiens responsables de l'emplacement et du statut des marchandises en transit, et ce tout au long de la Supply Chain, grâce aux flux d'informations améliorés et les dispositifs modernes de traçabilité.
En revanche, le cross-docking peut s'avérer peu judicieux lorsque la rotation des marchandises est lente. Pour ces dernières, un agencement d'entrepôt classique serait plus opportun. Lorsque des activités de manutention sont nécessaires, ce supplément retirerait tout intérêt au cross-docking.

Lors d'une opération de cross-docking, les marchandises ne sont pas stockées dans l'entrepôt.
Lors d'une opération de cross-docking, les marchandises ne sont pas stockées dans l'entrepôt.

En conclusion, un cross-docking performant nécessite un équipement et un traitement rapides. La réussite du cross-docking s'appuie sur une parfaite coordination des flux logistiques et de toutes les parties prenantes, à l'aide d'une solution WMS puissante et fiable.

Découvrez les logiciels logistiques

Logiciels Logistique Bext

Le boom de l'e-commerce, l'omnicanalité, l'évolution des habitudes d'achat et des attentes des consommateurs impactent la logistique et surtout l'entrepôt, qui est en première ligne. BEXT WS vous libère des imprévus comme les ruptures de stock, les écarts et les erreurs de préparations ; la solution optimise vos m2, vos ressources et digitalise vos process pour un service client irréprochable.

Découvrez
Contactez-Nous